La nuit et votre santé

Ce que dit la médecine chinoise :



Si la science médicale occidentale commence à prendre en compte l’importance de la chronobiologie sur notre développement, notre métabolisme, et sur l’efficacité des soins, il y a belle lurette que les thérapeutes chinois ont intégré le temps, en particulier les cycles jour/nuit, dans leurs méthodes de soins.

Ils considèrent que le corps fonctionne selon une « horloge des organes », faisant intervenir le réseau des méridiens eux mêmes reliés aux différents tissus du corps. Dans cette optique, l’horloge de 24 heures est divisée en 12 intervalles de deux heures durant lesquels le Qi (ou force vitale ) se déplace d’un organe à l’autre avec un principe de base : pendant le sommeil, le Qi est attiré vers l’intérieur (action centripète, donc yin), et s’occupe de restaurer le corps (action d’anabolisme, également yin). La nuit est donc sous une influence très yin. Le schéma ci-dessus illustre le déplacement du Qi et la chronologie des activités de chaque organe. Si l’on considère le début de la nuit, vers 21heures, c’est la mise en route du « triple réchauffeur », qui n’est pas en soi un organe, mais un organisateur, qui relie entre eux les viscères, leur fait parvenir le sang veineux du drainage, les informations nerveuses et mentales accumulées dans la journées. C’est le « triple réchauffeur » qui prépare la digestion nocturne, l’élaboration par le foie, les poumons, le pancréas, des substances nécessaires à une bonne activité du corps le lendemain. A partir de 23 heures jusqu’à 3 heures, la vésicule s’active, puis le foie, organe essentiel de détoxication et de production de molécules vitales pour l’organisme. Le foie en phase yin fonctionne à son top pendant le sommeil. En cas d’insomnie, il devient inefficace tant comme détoxifiant que comme producteur de substances (vitamines, protéines, enzymes) indispensables au bon équilibre du lendemain. On a d’ailleurs récemment remarqué que le foie la nuit, se contracte jusqu’à perdre jusqu’à 40% de son volume au petit matin, signe qu’il s’est « purgé » des toxines et expédié dans l’organisme son quota de substances vitales. A partir de 3 heures, c’est au tour des poumons de mener la danse : ils libèrent des toxines volatiles élaborées par le foie (quand on se réveille, on peut avoir une « haleine de chacal ») : le foie et les poumons ont fait leur travail. Mais en même temps, ce travail d’excrétion peut raviver des inflammations pulmonaires ou bronchiques. Les infirmières de nuit le savent, c’est vers 4 heures du matin que les asthmatiques et emphysémateux déclenchent leurs crises les plus graves. Au passage, signalons que les poumons sont également des organes où s’élaborent une grande partie de nos plaquettes sanguines, lors du repos nocturne. C’est vers 5 heures que le gros intestin déclenche son activité maximum, amène les excréments à leur degré ultime de digestion, et prévient le cerveau qu’il faut se lever pour évacuer les selles, et se restaurer. Et au petit matin, l’énergie Qi commence alors à se déplacer vers l’extérieur (centrifuge, action yang), actionnant le système circulatoire, les muscles et le cerveau : nous sommes prêts pour une journée active où nous dépenserons l’énergie et les nutriments élaborés pendant la nuit. Ceci dans l’idéal, c’est à dire avec une activité qui respecte notre chronobiologie naturelle. Les désynchronisations dues à l’insomnie ou à une activité nocturne changent la donne. Pour ne citer qu’un exemple, les repas qui sont pris tard le soir ou en cours de nuit, n’ont pas le même résultat métabolique : les foie ne fait pas son travail complètement, et les nutriments bruts restent à errer dans le sang, ils s’accumuleront dans le conjonctif et pousseront à une production permanente d’insuline, puis à un épuisement du pancréas … Les thérapeutes chinois ne vivaient pas la nuit : ils constataient comment fonctionne normalement un organisme. Leur enseignement ne peut que nous être profitable.










30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout